Claude Gauthier a témoigné pour nous chez lui à Objat en 2013.

Nous connaissions son histoire pour l’avoir entendue plusieurs fois et en particulier lors de la première promenade sur une partie du circuit des maquis dans le Vaysse, promenade initiée par monsieur Guérin et monsieur Gounet en 2001 lorsque le comité d’Objat avait décidé d’implanter une stèle aux Marians à l’emplacement du premier camp du détachement Jean Robert sur la commune de Vignols (19).

L’émotion étreint à chaque fois mais quelle résonnance lorsqu’on se trouve au pied de l’endroit où est mort Mario le 8 avril 1944 au milieu des bois!

Voici une partie de son témoignage:

 » « Le 16 juin 1944, j’étais dans le pré situé près de notre maison du village de Rouffignac, commune d’Orgnac, en train de faire le foin avec mes cousins. Un voisin qui allait chercher son foin au bord de l’eau et qui avait vu que des gars du maquis étaient chez nous,  est venu taper à la fenêtre de la maison et a dit à mon père « Gauthier, les Allemands sont là ».  Mon père a pris la latte( long bâton servant pour faire avancer les vaches) et a cogné à la fenêtre en disant « Les gars, les Allemands sont dans le village. Sauvez-vous par derrière ». Les maquis sont passés par la chambre. Ils connaissaient bien la maison où ils venaient se ravitailler et se reposer. Ils sont sortis. Des Allemands sont entrés peu après et n’ont donc vu personne mais les Allemands restés dehors, les ont vu eux, et ça a commencé à tirailler.

Dans le groupe de maquis présents dans la maison à ce moment-là, il y avait Gerhard Leo, « le Rescapé » pour nous, David Jacques du bourg d’Orgnac, Jules et Gilbert. « Barnabé » et « Toutou » étaient repartis au camp dans le Vaysse pour y redéposer leurs armes qu’ils avaient avec eux au moment du repas et ils devaient revenir pour nous aider à faire le foin.

En coupant à travers le pré derrière la maison, les Allemands ont poursuivi les quatre fugitifs mais ils étaient éparpillés et les soldats ne pouvaient pas ajuster leurs tirs car ils auraient pu se blesser entre eux. Ils n’approchaient pas trop non plus des maquis car « le Rescapé » avait un très gros revolver. Il visait assez juste lui ; si bien qu’il a envoyé une balle dans le casque d’un soldat allemand. Après celui-ci me l’a montré en me disant « Terroriste, pan pan ! ». Heureusement pour nous qu’il n’a pas été tué ou gravement blessé. Sinon il y aurait eu automatiquement des représailles. C’est ce que nous a dit l’officier allemand plus tard. Les 4 garçons ont pu s’échapper.

Un soldat nous  a fait retourner à la maison. Il nous a fait rentrer dans la grange. Mon père y était déjà retenu. Là, il y avait des soldats qui piquaient avec leurs baïonnettes  dans le foin pour voir s’il n’y avait pas des gens cachés dedans. Heureusement, ils ne sont pas montés dans la barge car il y avait là plusieurs couvertures que prenaient les gars du maquis pour aller dormir dans le foin certains soirs.

Enfin, ça s’est passé convenablement ce jour-là pour nous.

Malheureusement pendant ce temps, Toutou s’est fait prendre en revenant du camp. Quand il s’est trouvé face aux Allemands, il s’est enfui mais il a pris la direction d’un champ de blé. Et c’est difficile de courir dans un champ de blé. On peut courir dix, vingt mètres mais après le blé se met dans les jambes. C’est ce qui lui est arrivé. Il a été entravé et les Allemands l’ont cueilli.  Barnabé a eu un meilleur réflexe ; il a pris le chemin vers le bois et a pu s’échapper.

Les Allemands ont ramené Toutou à Rouffignac, l’ont tabassé, l’ont fait parler. Ils lui ont demandé de les conduire au camp dans le Vaysse. Il les a amenés dans un camp mais volant où il n’y avait que des couvertures car ils y passaient parfois la nuit. Il a dû remonter avec tout ce barda et ils l’ont emmené avec eux à Brive.

Le 17 juin, ça a été la catastrophe. Les Allemands, peut-être une cinquantaine, sont revenus avec Toutou… et avec 2, 3 miliciens. Toutou a dit en arrivant : « Vous m’excuserez, j’ai parlé ». Car, sur lui, ils ont trouvé une lettre personnelle qui avait comme adresse notre maison. Il fallait bien que les maquis fassent adresser leurs courriers en quelque part. C’est pour ça qu’on disait « Gauthier, facteur du maquis ». Il n’avait pas détruit l’enveloppe comme il leur était recommandé.

Alors là, ça a été  la tarabustée pour tout le monde. Mon père a été défiguré. J’ai été tabassé et j’en ai encore des marques. Ma mère aussi. Ce sont les miliciens qui nous ont frappés. Il y en avait un d’Allassac qui venait régulièrement dans les bois vers chez nous pour faire de la litière de fougères. Il nous connaissait, il lui était arrivé de rentrer boire un coup. Aussi, il  est resté dans notre maison pendant que les autres miliciens et les allemands faisaient la fouille des maisons du village. Ils ont raflé tout ce qu’ils ont pu chez Sagne, chez Comby, partout.

Ils ont emmené mon père et Toutou à Brive.

Le 18 juin, ils sont revenus sur la commune et là il y a eu du grabuge. Ils ont arrêté Clément Pichon, au Péage, ils ont arrêté Guy Pépy. Ca a été un désastre. Ils l’ont attaché par les pieds, ils l’ont traîné derrière une voiture de chez Pichon jusqu’à la carrière de la Chapoulie. Là, un officier allemand a dit « Les gars, assez. Ce qu’on a fait là, on pouvait s’en dispenser». Je sais tout ça de mon père qui était prisonnier et a vu tout ça. Guy Pépy était tellement amoché que l’officier lui a tiré une balle de revolver. Il lui a abrégé ses souffrances.

Le 23 juin, je suis allé porter des vêtements de rechange à mon père prisonnier à Brive. Seulement, ils m’ont gardé. Deux jours après, ils ont relâché mon père. Leur but était de rafler le plus de monde possible en bonne forme pour les envoyer travailler en Allemagne. On était environ 80 à Brive dont G Comby, G Larivière, Dumas, Fressingeas d’Orgnac… Ils nous ont gardé 3, 4 jours puis ils nous ont expédiés en direction de Dachau. Mais le camp de Dachau était archi peuplé. Ils n’ont trouvé ni endroit pour nous mettre ni vêtement pour nous habiller ni nourriture à nous donner et pendant 14 jours nous n’avons mangé que des biscuits que nous passait le secours national. De Dachau j’ai atterri dans un camp de travail où je suis resté presqu’un an. Je travaillais avec Gaston Comby à décharger des wagons de charbon pour une fonderie. Il y avait plus de prisonniers que de travail à faire ici. On travaillait le matin et l’après-midi on tournait en rond. Par contre on n’avait vraiment pas grand-chose à manger! »

Mr Gauthier est revenu voir les lieux en 2005 avec sa famille.

Mr Gauthier est revenu voir les lieux en 2005 avec sa famille.

 

 

Précisions sur les évènements d’Orgnac données par Monsieur Gauthier en  complément de son témoignage écrit à lire dans le livre de Monsieur Elie Dupuy « Le parcours d’un « terroriste » ordinaire » pages 123 à 126. ( voir aussi sur ce site dans historique à juin 1944.

Download PDF