Le nom d’une place pour un Compagnon de la Libération

Cette année 2019 s’avère riche en cérémonies de « pose de plaques » dans nos communes. Nos porte-drapeaux accompagnés d’adhérents de notre comité assistent aux inaugurations.

Voici un article de journal de « La Montagne » du 21 juin relatant la pose de la plaque « Place du général Lalande » sur un mur de l’église de Voutezac, plaque découverte par madame la maire de Voutezac en présence des deux filles du général Lalande, de nombreux élus corréziens et des porte-drapeaux d’associations patriotiques.

Un commentaire de C Bravard du comité ANACR Objat illustré par des photos qu’elle a prises au cours de la cérémonie:  « Dimanche avait lieu, à Voutezac, l’inauguration de la place Général Lalande, située contre l’église et face au monument aux morts, suivie d’une conférence de M. Raymond Bardin, Commandant de la Réserve Citoyenne de la Défense, en présence de la famille du Général dont ses deux filles, ses petits-fils, sa soeur et son neveu le Général Legendre.

 
Nous avons donc assisté à un très bel hommage à cet homme, résistant de la première heure, comme son épouse, restée à Brive durant les années de guerre. La dernière photo prise sous la halle montre de gauche à droite, sa fille aînée, Philippe notre porte-drapeau, sa fille cadette, son époux, Nicole Poulverel, maire et Raymond Bardin. » 

 

 

Download PDF

Au revoir « Gut » Lauriac

Monsieur Auguste Lauriac, membre du conseil d’administration de notre comité ANACR secteur d’Objat depuis 1993, est décédé mercredi 10 avril 2019. Notre co-président lui a rendu hommage, en notre nom à tous, en retraçant ses années de guerre.

En 2002, lorsque les « Amis de la Résistance » du comité ANACR secteur d’Objat avaient commencé à récolter les témoignages des Anciens Résistants membres de ce comité, Auguste  Lauriac n’avait pas souhaité parler. Modeste, il disait que c’était son père et son beau- frère qui avaient été des « légaux ». Lui les avait accompagnés quelquefois disait-il mais il n’était alors qu’un adolescent. En 2013, il nous avait contactés et dit qu’il souhaitait avoir un écrit de son témoignage afin de le laisser à ses petits enfants, un petit fils lui ayant posé des questions. Nous l’avons publié sur ce site dans la rubrique « témoignages ». Cliquez ici.

 

Auguste Lauriac était toujours présent aux assemblées générales de notre comité même à celle de février 2019 où nous l’avions trouvé assez fatigué.

Il nous avait beaucoup parlé de ceux de l’AS qu’il avait vu chez son père, assassinés au camp de La Besse. Il se rendait d’ailleurs chaque année à la cérémonie de commémoration de ce massacre ainsi qu’à Pont Lasveyras. cliquer ici pour en savoir plus

Il nous parlait de Toutou qu’il voyait toujours avec son accordéon. Lui aussi animait des bals clandestins avec son accordéon. Ici, il est le quatrième à gauche de la photo prise lors de la pose d’une plaque ANACR sur la tombe de André Briat dit « Toutou » à Beaulieu sur Dordogne.

Au revoir « Gut » Lauriac.

 

Download PDF

Jean Viacroze

Il y a un mois aujourd’hui, le 26 février 2019, disparaissait dans sa 105eme année, Jean Viacroze, dernier survivant de la rafle de Tulle menée par les SS de la « Das Reich » le 9 juin 1944.

Il est parti en déportation dans le tristement célèbre « train de la mort » . « Le dimanche 2 juillet 1944, vers 9 heures 15, le train n°7909 s’ébranle sous une légère bruine de la gare de Compiègne en direction de l’Allemagne. Dans chacun des 22 wagons, les nazis ont entassé une centaine d’hommes. » (Extrait d’un article sur le « train de la mort » de la fondation pour la mémoire de la déportation.).

Parmi tous ces hommes, avec Jean Viacroze, se trouvaient 148 autres hommes arrêtés en même temps que lui à Tulle et aussi Raymond Monteil et Léon Grandeuil arrêtés au Bariolet sur la nationale 20 ce même jour en compagnie d’ Edouard Chauvignat, le pendu d’Uzerche, membre du détachement FTPF « Jean Robert ».

De nombreux hommages ont été rendus à Jean Viacroze à Tulle et dans tout le département. Cherchez sur le site des journaux locaux « La Montagne » et « l’Echo » pour en savoir plus en tapant son nom.

D’aucuns ont cru bon de se réjouir une fois de plus de ce qui est arrivé aux martyrs de Tulle. Nous ne leur ferons pas le plaisir de citer leurs noms et leurs « écrits ». Nous voulons ici nous rappeler de notre plaisir d’avoir vu Jean Viacroze toujours plein d’une énergie positive à la cérémonie de remise de prix à la préfecture aux lauréats du concours de la Résistance en 2017. Il était entouré de toute une classe de lycéens de Naves qui ne boudaient pas leur joie de le revoir. C’est la transmission de ce devoir de mémoire qui nous paraît le plus essentiel. Merci monsieur Viacroze d’avoir passé du temps malgré le grand âge à partager votre douloureux vécu avec nous tous.

Download PDF

Yvette Charbonnel née David, alias ANNIE

La dévouée trésorière de notre comité local de l’ANACR, Monique Touron,  nous fait passer le discours qu’elle a lu lors de l’inhumation de Yvette Charbonnel née David, au cimetière d’Objat le 26 décembre 2018.

Madame Charbonnel est décédée le 18 décembre 2018 à Paris, dans sa 96ème année.

Voici cet hommage: « Mesdames, messieurs, chers amis,

C’est à la demande de la famille et au nom du comité ANACR d’Objat (association nationale des anciens combattants et Amis de la Résistance) que je m’adresse à vous tous pour parler d’Yvette David (de son nom de jeune fille) afin de participer à l’hommage que nous lui rendons aujourd’hui.

Née le 3 janvier 1923 à Montrouge (seine), élevée par des parents cultivateurs à Objat au lieu-dit « Les Fourches » qui soutiendront le maquis en le ravitaillant, c’est tout naturellement qu’elle se met au service de la Résistance dans cette France asservie par les forces d’occupation qui reçoivent l’aide de la police française de Vichy.

Yvette rejoint très vite la clandestinité en intégrant l’Etat Major des Francs Tireurs et Partisans (FTP) cantonné à Clergoux-Sédières. Elle prend alors le nom de Résistance « Annie ». Elle transcrit des messages, transmet des documents ronéotypés, des tracts destinés à la population ainsi que des messages et des ordres acheminés ensuite jusqu’aux camps de maquis dans les bois de la région (notamment celui du sous-secteur B, le camp « Jean Robert » basé dans le Vaysse).

C’est pendant cette période qu’elle fait la connaissance d’un jeune Résistant, Corrézien lui aussi, qui assure la transmission de fonds et documents importants. Il s’appelle André Charbonnel et deviendra son époux le 7 juillet 1946 à Objat. Ils auront 5 enfants : Elise, Anne-Marie, Jean-Yves, Jean-Michel et Isabelle.

Annie participera en 1945 à la cérémonie de la Libération à Objat et au regroupement des jeunes filles Résistantes, Patriotes de la région avec, pour n’en citer que quelques-unes connues, Adeline Rol, Thérèse Boulestin, Céline Malaval, Marie-Louise Leymarie qui deviendra l’épouse de notre regretté Pierre Guérin alias Jo, commandant du détachement FTP Jean Robert cantonné dans le Vaysse, commune de Vignols. A l’image de toutes ces femmes qui eurent le courage de braver le danger au risque de leur vie, ces femmes de toutes origines, de toutes conditions : servantes de fermes, agricultrices, avocates, institutrices, infirmières, ouvrières, étudiantes… Pour elles pas le moindre doute, il fallait chasser l’occupant nazi de France et rétablir la PAIX.

C’est pourquoi nous nous inclinons devant notre amie Yvette, alias Annie, Charbonnel qui honore la France de par son engagement patriotique et son action courageuse pendant la guerre 1939/1945. »                  Monique Touron

Photo de la cérémonie de la Libération en 1945 à Objat (appartenant à M Touron.)

Download PDF

Louis Borie

L’année 2018 qui s’achève a vu la disparition de Louis Borie, à l’âge de 95 ans. Ses obsèques civiles ont eu lieu à Chareil- Cintrat le 31 octobre 2018.

Le comité ANACR secteur d’Objat rencontrait Louis tous les ans lors de la commémoration au Saillant de Voutezac rappelant la rafle du 15 avril 1944. Il faisait à cette occasion un don à notre association pour que l’on continue à honorer la mémoire des Résistants de ce coin de Corrèze. (cliquer ici ou chercher dans « archives » à droite de la page d’accueil les articles publiés en avril de chaque année)

Il tenait à assister à  cette cérémonie du souvenir lui qui, en visite dans sa famille saillantaise depuis la veille de ce triste jour, avait vu son père être arrêté avec d’autres et lui- même  blessé par balles, laissé pour mort alors qu’il essayait de s’enfuir dans les bois avoisinants. Son père, Jean Borie, n’est jamais revenu de cette déportation; lui a été soigné et caché par les médecins et les infirmières de l’hôpital de Brive.

Cette période de la guerre, il l’a vécue à Brive avec son frère Pierre, alias « Pétrole », un de ces cheminots « légaux » de Brive qui ont joué un rôle très important dans l’histoire de la Résistance sur Brive au sein du 15ème bataillon FTPF. Relire pour exemple l’histoire du détournement du train de canons allemands bloqué à Estavel et détourné sur Ussac (cliquer ici).

Louis Borie avait été plusieurs fois médaillé et était titulaire de la légion d’honneur.

Devant la stèle du Saillant (19)

 

Download PDF

2 août 1940, de Gaulle condamné à mort

Un lecteur de nos « actualités » nous a prêté un quotidien français datant du 3 août 1940. Il  y est annoncé que le général de Gaulle a été jugé et condamné à mort le 2 août 1940 par le tribunal militaire français de 1940.

Voici un morceau de la « une » de ce journal:

Au centre, un article « Le général de Gaulle condamné à mort ». Nous vous le transcrivons ci-dessous. Mais notez aussi à droite de cette « une » un autre article intitulé « Tout militaire français qui sert à l’étranger est un traître »

Voici le contenu de l’article sur la condamnation de de Gaulle le 2 août 1940:

« Le général de Gaulle condamné à mort, à la dégradation militaire et à la confiscation de ses biens.

Déféré devant le tribunal militaire permanent de la treizième région pour des faits postérieurs à ceux qui avaient motivé une première poursuite l’ex général De Gaulle a été jugé par contumace à l’audience du 2 août.

Le tribunal militaire stigmatisant la propagande criminelle faite par De Gaulle à la radio anglaise, a retenu contre lui les intelligences avec une puissance étrangère en vue de favoriser ses entreprises contre la France, la provocation de militaires à passer au service d’une puissance étrangère et les agissements susceptibles d’exposer les Français à des représailles. Il a retenu en outre la désertion à l’étranger en temps de guerre.

Pour l’ensemble de ces agissements de nature à porter le plus grave préjudice à la France, de Gaulle a été condamné à la peine de mort avec dégradation militaire.

La confiscation de ses biens a été prononcée. »

 

 

 

 

Download PDF

Un poème de Robert Desnos

Pour débuter cette année 2018 tous ensemble, nous vous proposons à la lecture un poème de Robert Desnos choisi dans son recueil de poésie « Ce cœur qui haïssait la guerre »

Le Legs

Et voici, Père Hugo, ton nom sur les murailles !
Tu peux te retourner au fond du Panthéon
Pour savoir qui a fait cela. Qui l’a fait ? On !
On c ’est Hitler, on c ’est Goebbels… C ’est la racaille,

Un Laval, un Pétain, un Bonnard, un Brinon,
Ceux qui savent trahir et ceux qui font ripaille,
Ceux qui sont destinés aux justes représailles
Et cela ne fait pas un grand nombre de noms.

Ces gens de peu d’esprit et de faible culture
Ont besoin d’alibis dans leur sale aventure.
Ils ont dit : « Le bonhomme est mort. Il est dompté. »

Oui, le bonhomme est mort. Mais par-devant notaire
Il a bien précisé quel legs il voulait faire :
Le notaire a nom : France, et le legs : Liberté

 Que 2018 soit une année paisible et solidaire.

Download PDF

Une tombe dans le Vaysse?

Des amis de notre comité ont eu le plaisir de participer à Vignols aux deux promenades nocturnes théâtralisées proposées en août 2017 par la municipalité et préparées par l’Association  » Pays d’Art et d’Histoire ». La guide de cette association a dit s’être beaucoup servi du livre de Pierre Eyrolles « Vignols et son histoire » pour mieux faire découvrir les trésors de la commune.

La curiosité éveillée par ces sorties très réussies, nos amis ont repris le livre cité ci-dessus et nous ont interrogés par rapport aux huit phrases écrites à propos de « Mario » (voir l’histoire de ce Résistant en tapant son nom dans « recherche » sur la page d’accueil du site). Les voici retranscrites exactement comme lues dans l’édition de 1972 : «  Une tombe s’élève dans le Vaysse près du bois de Pény. Elle est vide maintenant; il ne reste qu’une grande croix à l’endroit où fut tué un petit gars du maquis, son corps ayant été transporté dans le cimetière de Vignols.

Je venais en vacances en 1944 et, en gare d’Austerlitz, montèrent dans le train de Toulouse une cinquantaine de Nord-Africains en tenue de campagne. Quelle ne fut pas ma surprise quand, en gare de Vignols, je vis descendre cette petite troupe. Où allait-elle? Je ne tardai pas à le savoir; dans la nuit, on entendit tirailler sans arrêt. C’était l’armée du maréchal Pétain à la poursuite des maquisards. Un pauvre bougre, d’origine polonaise, est venu rendre sa vie dans ce coin de terre et son nom, Maleksaeck, figure sur le marbre du monument aux morts. »

D’après les témoignages que nous avons recueillis de maquisards du groupe Jean Robert mais aussi de personnes, adultes en 1944, vivant à côté du Vaysse, ainsi que d’après les archives de la mairie, nous pouvons dire qu’il n’y a pas de tombe avec une croix à côté de la gare du Vaysse . Il y a une stèle avec une colonne brisée ce qui le plus souvent évoque la mort prématurée d’un jeune homme en pleine force de l’âge. Mario, 21 ans,  a été transporté dès le lendemain de son exécution dans le bourg de Vignols et a été enterré le surlendemain dans le cimetière du village. Bien avant 1972, Mario n’était plus dans ce cimetière mais au milieu de plus de 2000 Combattants de la Seconde Guerre mondiale, à la nécropole de Chasseneuil.

C’est tôt le matin du 8 avril que ce raid dans le Vaysse a eu lieu. Sur l’extrait du registre de l’état civil de Vignols en date du 9 avril 1944, il est déclaré la « découverte d’un cadavre humain qui n’a pu être identifié« . Il y a un rajout sur ce papier officiel, fait le 19 décembre 1944, donnant la véritable identité de Mario avec l’orthographe suivante « MLECZAC Meyer ».

Sur le monument aux morts de Vignols, le nom de notre maquisard du groupe FTPF Jean Robert apparaît avec une orthographe très légèrement différente: Meleczak Meyer.

Nous savons que lors de ces promenades théâtralisées, il est rendu hommage aux Résistants vignolais comme aux Résistants venus d’ailleurs, présents dans les bois du Vaysse. Nous en remercions les concepteurs de la visite animée du bourg de Vignols. Nous ne pouvons que conseiller de ne pas rater l’édition 2018 qui aura forcément lieu vu le succès de la première saison!

 

 

Download PDF

Congrès FNACA, hommage à Jacques Bouysse

Répondant à l’invitation locale de la FNACA, notre comité était représenté par notre co-présidente du secteur d’Orgnac, Christine Gauthier-Bravard, au congrès annuel départemental de la FNACA à Objat. Bien sûr, notre porte- drapeau était là aussi pour la traditionnelle cérémonie de fin de congrès au monument aux morts. A cette occasion, une exposition était ouverte à tous, salle des expos de la mairie, et notre co-président d’Objat, Yves Ponthier, représentait notre comité lors de l’inauguration de cette rétrospective allant de 1954 à 1962, réalisée par la FNACA nationale. Quelques photos de ces moments:   A gauche, le porte-drapeau du comité ANACR Objat, Philippe Bravard. Les photos ont été faites par Christine Gauthier Bravard qui précise que « Parmi les 600 convives, la section F.N.A.C.A. Vigeois-Troche était honorablement représentée par son président Albert Chassaing, René Fulminet, trésorier, Roger Salesse, René Debest et Claude Jouhannaud, porte-drapeau, avec leurs épouses, rejoints le temps d’une photo par Philippe Bravard, porte-drapeau du comité A.N.A.C.R. d’Objat. »

Quelques photos de panneaux exposés (sans ordre chronologique)Hommage 

 Cet article sur le congrès de la FNACA nous permet de rendre hommage à un ami objatois bienveillant à l’égard de notre comité et de nos travaux de récoltes de témoignages : Jacques Bouysse, président fondateur du comité FNACA du secteur d’Objat, décédé hélas quelques semaines avant d’avoir pu participer à ce congrès départemental.

Les animateurs de ce site internet avaient rencontré plusieurs fois monsieur Bouysse, enfant au moment de la seconde guerre mondiale. Il habitait alors à l’école des Fombiardes d’Orgnac. Il nous avait raconté ses souvenirs mais aussi montré et permis de scanner de précieux documents dont certains ont été mis en ligne sur ce site. (cliquer sur « archives » à droite de la page d’accueil et chercher les articles de février, juin, octobre 2015…)

Nous sommes si attristés de sa disparition, en juillet 2017, à l’âge de 84 ans.

 Il pensait contacter le comité départemental de la FNACA et mettre à disposition certains des nombreux documents, médailles, papiers officiels lui appartenant …ce qui aurait permis d’étoffer cette exposition nationale  très complète au niveau historique mais didactique et peu attractive pour des collégiens par exemple.

Jacques Bouysse, officier appelé du contingent,  a écrit un livre à la fois personnel et très documenté historiquement sur son temps de combattant pendant la guerre d’Algérie avec comme titre « Ma guerre sans nom. Guerre d’Algérie 1958- 1960 »

Il y a seulement quelques années, à la demande insistante de ses petits-enfants, il a pu réaliser ce travail minutieux grâce au carnet de notes prises journellement lors de son « séjour » en Algérie et soigneusement conservé par son épouse !

Une photo de Jacques Bouysse soldat appelé en Algérie trouvée dans son ouvrage et scannée avec l’autorisation de son épouse.

 Jacques Bouysse était détenteur de la carte du combattant et de la croix du combattant volontaire avec barrette  » Afrique du Nord ».

Il avait dans les cadres des Officiers de Réserve le grade de « capitaine, arme: infanterie. »

 

 

 

Download PDF

le mont Mouchet 10, 11 juin 1944

Des adhérents de retour de voyage en Haute- Loire nous envoient des photos de stèles prises dans la région du mont Mouchet, stèles rappelant les morts au cours des combats subis par des maquisards regroupés en ce lieu après le débarquement en Normandie, pourchassés par la Wehmacht.

Elles parlent aussi des assassinés civils pris lors des traversées des villages par cette armée.

Pour en savoir plus, nous ne pouvons que vous conseiller d’aller voir le très intéressant musée de la Résistance  se trouvant à côté de la maison forestière, cache de maquisards, au mont Mouchet, sans omettre de regarder la vidéo faite à partir des témoignages des survivants de ces événements dramatiques … sinon d’aller voir le site de ce musée sur internet.

 

 

1 stèle en bordure de route:

« Ici tombèrent 13 héros de la Résistance »

 

 

  

2ème photo: « 10 juin 1944 ici commença le combat et tombèrent 3 héros de la Résistance ».

3ème photo: « ici tombèrent 9 héros du maquis »

Ce ne sont que quelques unes des  photos des stèles repérées. La route qui « monte » au mont Mouchet en est, hélas, bordée.

Il y en a d’autres à l’entrée de villages, à côté de cimetières, au coeur du village. En voici quelques unes:

« A la mémoire de JULIEN Clément, Lebrat Alphonse fusillés par les Allemands le 11 juin 1944 »

« Ici sont tombés le 11 juin 1944 lors de la bataille du mont Mouchet 23 de nos camarades maquisards    Toi qui passe, souviens-toi de nos morts     La Résistance d’Auvergne ».

A Clavières plusieurs monuments rappellent les pertes humaines de ce village détruit entièrement entre le 10 et le 11 juin 1944. dont celui inclus dans le cimetière: »Ici reposent les restes de 11 maquisards inconnus.

Dessous, plaque: « 1944 aux héros du maquis tombés sur le territoire de la commune pour la libération de la France ».

Au centre du village un très beau monument montre le visage du maire qui a ceint son écharpe tricolore et a marché au devant des soldats allemands afin d’essayer d’empêcher que son village soit détruit ce 10 juin 1944 mais personne ne l’a jamais vu revenir.

1ère plaque: « J’ai fait tout ce que j’ai pu. » A notre maire François Broncy mort héroïquement pour sa commune ».

2eme plaque « Le sang de l’innocent fera germer le juste » Chassang Baptiste 61 ans, Pichon Auguste 60ans, Lebre Adrien 69ans, Coutarel Raymond 42ans »

3ème plaque  CLAVIERES « village martyr  » a participé dans la mesure de ses moyens à la lutte contre l’envahisseur, a totalement été détruit par l’ennemi au cours de ses opérations de représailles »

Un détachement de la  Wehrmacht a détruit Clavières le même jour qu’une colonne SS détruisait Oradour sur Glane.

Frise chronologique photographiée dans le musée du mont Mouchet: en bleu on lit:9 juin 1944 pendaisons et rafles à Tulle; 10 juin 1944 642 civils massacrés à Oradour.

Carte visible au musée de la Résistance du mont Mouchet.

 

 

 

 

 

 

 

 

Download PDF